• LCI_banner_3.jpg
  • LCI-website-banner2.gif
  • LCI website banner1
  • LCI Banner-mega church

Notre Histoire

 

Lorsque l’Evêque Dag Heward-Mills commença à enseigner la parole de Jésus Christ aux âmes perdues du monde, c’était pour lui comme un voyage en solitaire sans la présence de Dieu. Cette impression n’a pas disparu mais s’est intensifiée au point de devenir désespérante car la venue du Christ est imminente. Elle a donné naissance à Lighthouse Chapel International (L’église internationale le Phare) et à de nombreux autres ministères, confirmant ainsi la présence et la volonté tangibles de Dieu. Que Dieu soit glorifié à l’évocation de nos pauvres débuts et du chemin parcouru grâce à lui.

Une fois admis à l’École de Médecine de l’Université du Ghana, Frère Dag se fit connaître et ouvrit une église pour Calvary Road Incorporated (CRI). Le groupe était composé de jeunes Chrétiens pleins de vie qui vivaient pour la musique et le théâtre. La même année, Frère Dag fit la connaissance de Sœur Adélaïde Baiden, sur le campus lors d’une de ses visites dans le hall de sa résidence alors qu’il essayait de faire démarrer CRI.

Le groupe attirait les curieux et ceux qui avaient faim et soif du Seigneur et il y avait parmi eux Frère EATS qui, un jour de novembre de la même année, vint assister à une réunion de CRI. Inspiré et brûlant d’une ferveur qu’il partageait avec Frère Dag, EATS décida de joindre CRI.

Cependant, les évènements prirent une tournure différente lorsque le gouvernement de l’époque décida de fermer les universités pendant dix mois. Vers la fin de 1982, Frère Dag quitta son pays pour l’Angleterre et travailla sous la direction du Pasteur Michael Basset à Victory Church. Il avait au cœur le désir brûlant de partager l’évangile. Il concentra alors toute son énergie à la musique et au ministère de l’église où il tomba à nouveau sur Robert Dodoo qui devint le Directeur Adjoint et Placeur de Victory Church. Tous deux accomplirent leur rôle dans l’église tout en grandissant ensemble dans la fraternité chrétienne et en partageant constamment leur désir brûlant de faire bénéficier de leur expérience du salut à ceux qui voulaient bien les écouter.

Lors de la réouverture des universités en 1984, Frère Dag retourna au Ghana et reprit les réunions à CRI. Le 22 octobre de la même année, Frère Eddy, un étudiant de première année, vint à une réunion et décida de joindre CRI. Une relation nourrie d’amour pour Dieu et pour l’humanité naquit entre les trois frères qui continuèrent à travailler assidûment au partage de l’évangile en plus de leurs études.

Bien que l’esprit de Dieu le poussait à quitter CRI, alors qu’il était toujours à Legon, Frère Dag y resta et poursuivit sa tâche au sein de CRI. Tandis qu’il conseillait des hommes et des femmes, qu’il dialoguait avec eux, leur rendait visite, priait pour eux, il entama une relation avec Sœur Adélaïde Baiden le 26 août 1985. A cette époque, il travaillait par en alternance à l’école de médecine.

En septembre de la même année, Frère Dag fut muté à Korle-Bu avec le reste de la Classe MB 3 de l’école de médecine. Ce fut là la naissance d’un autre groupe qui se rencontrait pour prier sur la plage de Korle-Gonno de 10h du soir au lendemain midi. Malheureusement, les réunions de prières nocturnes se terminèrent brutalement lorsque le groupe fut attaqué par des toxicomanes sur la plage.

Malgré cela, les réunions continuèrent au parc Indadfa mais cela aussi prit fin parce qu’ils furent agressés par des hommes armés. Puis ce furent les discours de l’Aube, ou plus simplement les prédications de l’aube. Bien que Frère EATS prêchait de tout son cœur, il rencontrait l’hostilité et les réactions déplaisantes des étudiants en médecine. On voyait des affiches qui disaient que c’est dans la jungle que l’on prêche à l’aube, et que ce n’était pas bien pour des Chrétiens d’exprimer ainsi leurs opinions.

Au milieu de cette hostilité, en 1986, les discours de l’aube débutèrent au Collège de formation des infirmières (Nurses Training College, NTC) de la Maison N10 où de nombreuses âmes furent alors gagnées au Christ. Ces saints admirables devinrent les premiers membres de l’église CRI de Korle- Bu. Finalement, cédant à l’ordre de l’Esprit- Saint qui lui demandait de quitter CRI et de fonder une église, Frère Dag fit de son assistant à Legon, le chef du CRI de Korle-Bu. Cela préparait également son départ imminent du CRI.

L’église de Korle-Bu ne fut pas longue à se réunir pour les services du dimanche au Centre Chrétien de Korle-Bu et Frère T prêcha au premier office à l'Amphi de l'École de Médecine. Les offices suivants se tinrent cependant dans la salle de conférences de l'École d'Hygiène. Cet arrangement fut de courte durée car le chef de Département d'Anatomie de l'époque refusa que la communauté poursuive ses réunions. Même si le climat et les perspectives semblaient décourageants, la communauté continua à se réunir dans la salle de conférences de l'École d'Hygiène les dimanches matin et mardis soir ainsi que toute la nuit sur le parking de l'Amphi de l'École de Médecine. Comme prévu, l'église fut attaquée et persécutée par des étudiants en médecine qui affirmaient que leur culte les gênait. Ensuite, une délégation d'étudiants en médecine, menée par une étudiante, rencontra le doyen de la Faculté de Médecine, le Professeur Akyeampong, et lui demanda de fermer l'église ou de la déplacer.

Le doyen s’entretint avec le directeur de l'École d'Hygiène à ce sujet et même si le résultat fut favorable à l'église étant donné qu’elle avait le soutien total du principal, la Direction de CRI était opposée à la tenue de services religieux le dimanche ; selon elle, ce n’était pas le bon moment pour fonder une église. Frère Dag démissionna du CRI et quelques semaines plus tard, son adjoint, qui était en charge de la branche CRI de Korle-Bu, démissionna également, laissant la communauté sans chef de file.

Peu de temps après, Frère Dag fit part au Frère EATS de son intention de fonder une église. Frère EATS l’approuvait pleinement mais il doutait de la viabilité et du succès potentiel du projet ; il suggéra de fonder cette église à Nsawam, une petite ville non loin de la capitale Accra

En 1987, aux premières heures de la nouvelle année, au Mensah Sarbah Hall, à Legon, Frère Dag décida d'obéir à Dieu et de devenir pasteur. Il informa Frère Asamoah et Frère Mange de sa décision mûrement réfléchie de devenir le pasteur de ce qui restait du Centre Chrétien de Korle-Bu. Suite à cette décision, la Direction du CRI d’un côté et Frère Dag et le KCC de l’autre se séparèrent officiellement. Toute la Direction du CRI se rendit au KCC. Elle entra dans la salle de conférences de l'École d'Hygiène un dimanche matin et déposa une lettre qui concernait l’ex-communication officielle de Frère Dag. Elle ne put pas s’adresser aux fidèles, mais à l’étage, la lettre et son message furent lus après l’office. Frère Dag annonça à la communauté qu'il était maintenant leur pasteur, au désarroi de certains membres de la direction qu finirent par trahir sa cause. Le même mois, le pasteur Dag décida de changer le nom du KCC en « Lighthouse » (le Phare) parce qu'il considérait que la vision du Phare allait au-delà des environs de Korle-Bu. Parmi le groupe d'origine à l’initiative du KCC, ils étaient toutefois plus nombreux à être déçus du fait que le Pasteur Dag était devenu leur chef et ils ne cessaient de le critiquer.

En Septembre 1987, Frère Eddy Addy, qui avait terminé ses études à l'Université, décida de venir régulièrement aux réunions du « Phare » avec EAT Sackey et Frère Jake Godwyll. Ils participèrent à la première croisade organisée par l’Église à Agbozume. Au fur et à mesure que les évènements se déroulaient, le principal assistant du pasteur Dag subissait une immense pression de certains pasteurs de la ville qui lui demandaient de quitter « le Phare ». Dans le même temps, un autre pasteur qui, dans le passé, avait régulièrement fréquenté les réunions du CRI lorsque le pasteur Dag en était le chef, refusa une invitation à prêcher au Phare, affirmant qu'il ne voulait pas « semer parmi les épines ».

Comme Dieu l'avait prévu, l'Église prospéra malgré ces trahisons et ses membres affluaient à l'étage de l'École d'Hygiène. Guidé par le Saint Esprit, le Pasteur Dag décida d'apporter des changements au sein de la direction de l'Église qui continuait à grandir, et en Décembre 1987, lors d'une réunion au foyer des étudiants en médecine, Frère EAT Sackey devint l’assistant du pasteur Dag et le responsable des offices du mardi.

Au début de 1988, une nouvelle équipe de dirigeants assistait le Pasteur Dag. En avril, « le Phare » s'installa à l’amphi de l'École d'Hygiène avec ses 100 membres mais dût vite monter à l'étage parce que le nombre des membres avait doublé. Par la suite, le KCC devint officiellement The Lighthouse Chapel (La Chapelle du Phare) et se prit à considérer qu’il était un phare pour les égarés.

Tout en construisant une église et en gagner des âmes au Christ, le pasteur Dag termina ses études de médecine et devint médecin le 10 Mars 1989. Un mois plus tard, le 1er avril, il commença à travailler comme interne au Service de Chirurgie Pédiatrique, puis il y eut cette date importante et bénie : son mariage avec Sœur Adelaïde Baiden le 8 Juin 1989. Le Pasteur EAT Sackey eut l'immense plaisir et l'honneur d’officier au mariage religieux du pasteur et de Mme Dag Heward-Mills à 16:00, au Trinity College, à Accra, au Ghana.

Avant cela, Le Phare avait déménagé à la cantine de l’École de Médecine pour les cultes du dimanche, tandis que ceux des jours de semaine se tenaient au Département des Sciences Primaires. Là, de nombreux succès furent célébrés, par exemple le premier mariage de l'église entre M.et Mme Bernard Brocke.

En Juillet de la même année, l'église prit ses quartiers au N46, au Foyer des Internes. La même année, en Septembre, le pasteur Eddy prit son nouveau poste à Akuse au sein de la Volta River Authority (VRA).

Le Pasteur Dag fit ses excuses aux dirigeants de la CRI pour l'erreur qu'il avait commise à leur égard lors de la création de la Chapelle du Phare et dans l'esprit d'amour, la direction du CRI l’assura de son pardon et de leur réconciliation. Toujours parce qu’il avait en vue de ne pas se limiter aux âmes perdues de Korle-Bu, le pasteur Dag changea le nom de l'Église de Lighthouse Chapel en Lighthouse Chapel International (LCI) le 23 Décembre 1989. Une semaine plus tard eut lieu la célébration du mariage entre le pasteur et Mme Dag Heward Mills à Commonwealth Hall Chapel, suivie d'une réception à Mamfé Hall, Gimpa, Accra.

Le Pasteur Dag continuait à mener de front son travail d’interne, celui de pasteur et la prière qui occupait toujours une place importante dans sa vie. Plusieurs fois, lors des retraites à Akuse avec Frère EATS, Soeur Cynthia, Soeur Adélaïde, Frère Eddy et Soeur Adina, le Seigneur leur parla, leur prouvant ainsi sa présence.

En 1990, le pasteur Dag célébra son premier mariage, celui du Pasteur EAT Sackey et de Cynthia Acquah. Peu de temps après, la même année, le pasteur Dag fut ordonné à Victory Church, Finchley Road, à Londres, par le pasteur Michael Basset ; on l’invita même à prêcher.

L’Église croissant et atteignant maintenant 500 membres, LCI mit en place des cultes doubles à la cantine. Dans l'intervalle, le pasteur Dag faisait des petits boulots en Europe pour lever des fonds qui, avec le soutien financier de sa sœur, lui permettraient de se consacrer à plein temps à son ministère.

De nombreuses années se sont écoulées depuis les premiers jours ...

Aujourd'hui, l'histoire est différente, mais la vision est toujours la même. La passion intense pour la conversion des âmes a alimenté le ministère de lévêque Dag Heward-Mills et elle est toujours aussi vivante. L’Eglise internationale le Phare (Lighthouse Chapel International), qu'il a fondée ne se limite plus en effet à Korle-Bu, il y a presque 1550 églises dans 66 pays dans le monde entier. Le jeune homme en qui le Seigneur a placé un désir impérieux de gagner des âmes est le pasteur de milliers de gens ; il s’est installé à Qodesh - un des complexes ultra modernes les plus grands d’Afrique.

C’est aussi un évangéliste de guérison de renom qui a porté l'Évangile de Jésus-Christ dans les coins les plus reculés, les plus inaccessibles d’Afrique. La Croisade « Jésus qui guérit », l'un des nombreux ministères dans lequel l'évêque s’est engagé, s’arrête pour partager le même message - Jésus aime, Jésus sauve et Jésus guérit. De nombreuses vies ont été transformées et touchées par l'évêque, qui, une fois de plus, répondit à l'appel de Dieu lui demandant d’accomplir la Grande Mission. La Croisade « Jésus qui guérit », existe depuis 2003, ça peut être une tente dans un champ appartenant à l'AME Zion Church, ou de grandes croisades qui attirent jusqu'à un million de personnes. À ce jour, pour n’en citer que quelques-unes, l'évangéliste de guérison a mené 44 croisades dans plus de 41 villes et villages d’Afrique ; il a converti plus de deux millions et demi de personnes au Christ, et va toujours de l'avant.

Grâce à la sagesse de Dieu, l'évêque n’est plus un prédicateur ordinaire du dimanche mais l’auteur prolifique de 188 ouvrages . Il est l'auteur d’un des plus grands best-sellers de tous les temps « Loyauté et Déloyauté », il a écrit sur l'onction, le leadership et le ministère pastoral. Son ministère utilise la radio et la télévision de manière dynamique, ce qui lui permet également de toucher des millions de personnes en Afrique et en Europe. L'évêque a compris que les hommes devaient travailler pour Dieu, il a donc ouvert de nombreux camps partout dans le monde. Ces camps ont formé de nombreux missionnaires de Dieu ; ceux-ci ont tout quitté et sont partis en mission pour convertir des âmes à Dieu. Les messages prêchés dans ces camps et qui visaient à transformer des vies, destinés aussi bien aux pasteurs qu’aux bergers sont rassemblées dans le Machaneh - une compilation de tous les messages prêchés par l’évêque Dag.

Le ministère humanitaire de l’Evêque Dag Heward-Mills s’adresse aux veuves, aux prisonniers, aux aveugles et aux pauvres de la société ainsi qu’aux malades, tel que le prescrit la Parole de Dieu. Il a également fondé un orphelinat, le Foyer chrétien pour les enfants du Phare (Lighthouse Christian Children’s Home) et une école primaire, l’école chrétienne du Phare (Lighthouse Christian Mission School,) afin d'assurer leur éducation. Tout cela est dirigé par sa chère épouse depuis plus de 20 ans, Lady Rev Adélaïde Heward-Mills .

Les écoles bibliques Anagkazo, également fondées par l'évêque Dag Heward-Mills, forment les hommes et les femmes qui se consacrent à Dieu au travail pratique du ministère tout en les préparant à partager l'évangile.

Le Qodesh, qui est actuellement l'un des plus grands et l’un des plus modernes complexes du Ghana, est le siège de L’église internationale le Phare (Lighthouse Chapel International). Qodesh signifie « montagne sainte », c’est une plaque tournante de la conversion et la concrétisation de la vision de Dag. Dirigée par les évêques EAT Sackey et Eddy Addy, de l'aube au crépuscule, elle vise constamment à convertir des âmes. Depuis le premier culte à 6h30 jusqu’à la fin du culte « le feu inextinguible » à 21 heures 15, et toute la nuit jusqu’aux premières heures du lundi matin, de nombreuses vies sont touchées et transformées de multiples façons.

Il y a encore beaucoup à dire sur un homme qui a obéi à l'appel de Dieu qui lui demandait d’être son instrument. L'histoire du Phare est toujours en cours d'écriture et la vision restera la même jusqu’à la venue du Seigneur.

Que Dieu soit loué et que sa volonté soit faite à travers l'existence de l’église internationale le Phare.

 

Month_of_Evangelism.jpg